background

Un patient est considéré comme «non-observant» dès lors qu'il suit son traitement à moins de 80%

L’inobservance est un problème de société, qui est source de complications et de frustration

Selon l’OMS, résoudre le problème de la non-observance thérapeutique représenterait un progrès plus important que n'importe quelle découverte médicale.

L’inobservance est un problème de société, qui est source de frustration et des complications.
Malgré leur bonne volonté, les patients ont tendance à négliger les conseils et les recommandations de leur praticien dès qu’ils sont rentrés chez eux.

9 milliards d’euros

c’est le coût des complications par an dues à la mauvaise observance des traitements en France.

60 %

des patients français sont non-observants et 70% des patients européens.

2 %

des décès en France sont dus à la non-observance des patients. C'est 4 fois plus que les accidents de la route.

L’inobservance existe aussi bien pour les maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque, cancer, etc.) que pour les traitements spécifiques type dentaires (dentiste, orthodontiste, etc.), du langage (orthophoniste, etc.) ou encore du corps (kinésithérapeute, chiropracteur, etc.).

Les conséquences sont aussi bien médicales qu’économiques : faibles résultats thérapeutiques, effets secondaires, multiplication des consultations, consommation de traitements additionnels, hospitalisations répétées, passages aux urgences, etc.

Loum est aux côtés des professionnels de santé pour résoudre le problème de l'inobservance.

Demandez une démonstration dès maintenant !

Démonstration